28

mai

2019



Communiqué

L’Hôpital Public est attaqué dans sa chair. A force de rogner sur l’ONDAM et principalement sur les budgets hospitaliers, l’État sacrifie une des missions régaliennes de la France qui se délite encore plus chaque jour… STOP !
Nos dirigeants, sous prétexte d’équilibre budgétaire brûlent à petit feu notre système de soins et son modèle sociétal, social et économique.
Les structures d’urgence (Samu, Smur et urgences) sont à bout de souffle. Pour témoigner de leur exaspération, les urgentistes comme tous les hospitaliers, soignants et médecins, disent STOP ! Samu-Urgences de France conscient des responsabilités envers les patients, appelle, dans un premier temps, les personnels de toutes les structures de médecine d’urgence (Samu, Smur et Urgences) à arrêter symboliquement le travail le mardi 28 mai à midi, pendant 5 minutes, et à se regrouper devant leur service. Cette journée sera aussi l’occasion d’expliquer, aux patients et à leur famille, les raisons de cette action
Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins sont solidaires de ce mouvement de nos collègues urgentistes pour défendre la qualité de soins et la qualité de vie des soignants. Leur démarche, que nous saluons, s’inscrit dans un travail de fond mais aussi sur la nécessité de redonner à l’Hôpital Public un financement réaliste dans un ONDAM en adéquation avec nos missions.
Le plan « Ma Santé 2022 » arrive trop tard, avec des mesures insuffisantes pour arrêter la dégradation du système hospitalier. Action Praticiens Hôpital exigent un plan plus ambitieux pour que l’Hôpital Public et ses soignants puissent être à la hauteur de ce que méritent nos concitoyens.

Contacts :

Jacques Trévidic, Président CPH, Président APH
Renaud Péquignot, Président AH, Vice-président APH
Marc Bétremieux, Secrétaire général APH
Raphaël Briot, Trésorier APH
Nicole Smolski, Présidente d’honneur APH
Emanuel Loeb, Président Jeunes Médecins
François Braun, Président Samu-UdF
Jean-François Cibien, Vice-président Samu-UdF
Anne Wernet, Présidente SNPHARe